dimanche 20 avril 2014

Créer le background de son personnage à l'aide de questions (3/3)

Troisième partie : quelques conseils supplémentaires

Dans la première partie, nous avons vu l'intérêt de la méthode de création du background (BG) de son personnage à l'aide de questions.
Image Ben Marvin
Voici une liste de questions dont on peut s'inspirer (le lien permet d'obtenir le détail) :
Voici maintenant quelques conseils issus d'années de jeu.

Ne confondez pas originalité et extravagance 

Les exemples détaillés dans l’article correspondent à des personnages originaux. Il y a sûrement des milliers d’elfes qui ont eu une enfance heureuse dans une famille aimante, et des centaines qui sont devenus coureurs des bois. La xénophobie n’est pas rare chez eux, et il doit bien arriver de temps en temps qu’un membre de leur famille parte voir le reste du monde. Lisindrella correspond à un personnage parfaitement crédible, qui n’est pas atypique du peuple elfe dont elle est issue. Pourtant, si vous cherchez d’autres exemples d’elfes issus de vos parties ou de romans, il est peu probable que vous trouviez un personnage qui soit le même que Lisindrella. Son vécu, ses aspirations et sa famille lui sont propres, et en font un personnage unique qui n’existe probablement nulle part ailleurs que dans les exemples de cet article. Pour prendre un exemple cinématographique, Luke Skywalker a grandi dans une ferme et, comme pas mal de jeunes de son âge, il rêve de s’inscrire à l’académie impériale pour quitter sa planète de bouseux et vivre des aventures. Luke Skywalker est-il vraiment un personnage plat et sans intérêt ?



Image WhoDrewThis
Beaucoup trop de joueurs pensent qu’un personnage unique, original, est forcément un personnage extravagant. Que si le personnage aurait pu être un PNJ mineur, c’est qu’il n’est pas assez intéressant pour être joué. Dans le meilleur des cas, les autres joueurs peuvent se sentir lésé d’avoir un PJ dans le groupe tellement bizarre qu’il concentrera trop de réactions sur son étrangeté. Dans le pire des cas, tous les joueurs ont le même raisonnement… Imaginez ce que serait la communauté de l’anneau si Frodon avait tué toute sa famille quand il était petit, Legolas cherchait à venger ses parents morts de la faute de Sauron, Gimli était devenu archer malgré l’opposition de son peuple, Sam avait été élevé par des orcs et Boromir avait été abandonné aux portes d’un monastère puis était devenu mousse à bord d’un bateau pirate avant d’être adopté par Denethor ? Vous trouvez que ne serait pas crédible ? Pourtant, c’est ce à quoi ressemble certains groupes de PJ...
J’ai joué autrefois à un MMORPG, dans lequel la moitié des personnages elfes étaient orphelins, leurs parents ayant été tués par des orcs. Une hécatombe ! Vu la rareté des orphelins dans la vie normale (et, on peut l’imaginer, dans une race dont l’espérance de vie se compte en siècles), je suppose que tous ces orphelins ont écrit cela parce qu’ils imaginaient qu’ainsi, leur personnage serait original. Une autre mode qui battait son plein il y a quelques années, c’est le sombre secret. Quand ça concerne presque tous les PJ d’une table, c’est celui qui joue un personnage comme Lisindrella qui brille par son originalité…

N’en faites pas trop, l’important, c’est la campagne

Ne considérez pas l’historique de votre personnage comme le roman de sa vie, dont la campagne ne sera qu’une péripétie. L’oeuvre de fiction, c’est la campagne, et le BG de votre personnage, c’est ce qui va permettre de donner une cohérence au personnage et d’enrichir l’aventure en cours. Ce qui va se passer pendant les séances de jeu doit affecter votre personnage, il ne serait pas surprenant que sa vie soit bouleversée de fond en comble par ce qu’il va vivre, y compris dans ses croyances et ses aspirations. Même un personnage de fiction qui a beaucoup roulé sa bosse est dans le temps de l’oeuvre, et son histoire reste un élément accessoire. La mention Il y a une princesse sur une planète pas loin qui me doit un service est suffisante pour rappeler que ce PJ a un passé et faire entrer celui-ci dans le jeu.

Certains joueurs en font trop, peut-être pour donner une importance à leur personnage par rapport aux autres membres de la table.  Dans Star wars, on se doute bien que Han Solo a vécu plein d’aventures avant le début du film, et pourtant, on n’en connaît que les éléments qui servent l’histoire. Imaginez à quoi ressemblerait le film s’il était blindé de flash-back sur les aventures de Han Solo ! Si vous considérez que l’historique de votre personnage est drôlement intéressant, et que si vous étiez auteur, la campagne en cours ne serait qu’un épisode mineur de la vie de votre personnage, eh bien devenez auteur ! Ecrivez les aventures mirifiques de votre pirate devenu paladin ! Mais ne les faites pas subir aux autres joueurs.

Ne confondez pas quantité et qualité

Votre MJ doit préparer sa campagne, ce qui fait du travail. Il doit également guider tous ses joueurs pour la création de leur personnage, ce qui n’est pas rien. Il n’a pas forcément, en plus, le temps ou l’envie de lire, pour chacun de ses joueurs, un BG détaillé sur cinq pages. Certains seront très enthousiastes devant votre production littéraire, et d’autres beaucoup moins. Si vous avez vraiment beaucoup d’idées et envie d’écrire un BG très détaillé, mais que vous n'êtes pas certain d'avoir un MJ très disponible et bon lecteur, proposez-lui un résumé, et mettez en valeur les points importants, pour qu’il puisse retrouver aisément des détails sans devoir tout relire.
Inversement, si vous n’êtes pas très inspiré, il n’est pas nécessaire de trop en faire. Quelques traits importants sont amplement suffisants, un passé peut être résumé par un évènement crucial et marquant.
Bien entendu, il existe de bons BG longs et de mauvais BG courts, tout comme l'inverse est possible !

 

Soyez agile

Parfois, au moment de jouer un personnage dont on avait une idée très précise en tête, on n’arrive pas à l’interpréter comme on l’imaginait. Il est souvent plus facile de sentir son personnage, sa façon d’être, au fur et à mesure du jeu que de coller à un trait que l’on avait prévu. C’est pourquoi décrire le caractère d’un personnage avant de le jouer n’est pas forcément une bonne idée : le fait de l’avoir déjà couché sur le papier peut nous faire nous sentir “contraint” de le suivre, même si on n’est pas à l’aise avec, et finalement le jouer très faux. C’est décevant et pour nous, et pour le reste de la table. Gardez en tête qu’il est difficile de jouer une mentalité très différente de la nôtre sans sombrer dans la caricature. Soyez donc agile, ne restez pas sur une idée qui ne fonctionne pas !


Ne croyez pas tout ce que vous lisez dans les blogs !

Le problème avec les citations sur Facebook, c'est qu'il est difficile de savoir si elles sont authentiques... (Napoléon Bonaparte)
Certaines campagnes se prêtent fort bien à des PJ complètement hors-normes, des MJ trouveront qu'un BG qui peut être relu en moins d'une heure est insuffisant, tandis que d'autres sont tout bonnement incapables de prendre en compte un historique, même s'il est de moins de dix mots. La diversité des personnes et des situations dans le jeu de rôle fait qu'il ne faut surtout pas prendre ces quelques conseils trop au sérieux. 

Voici un personnage qui a été joué lors d'une campagne de jeu de rôle : 
Edmé, mage humain débutant (son faible score en INT explique sa promo tardive en tant que mage... si, si...), est un vieillard qui n'a plus toute sa tête. Si bien que lorsqu'il entre en incantation, Edmé peut au hasard, soit lancer le sort désiré, soit oublier la formule, où bien lancer un autre sort !!!
Source de fous rires et de moments mémorables ou gros boulet ? Tout dépend en somme des joueurs et de l'ambiance de la campagne.


Yoda
Merci à Akaihana, Danilo et Taho pour leur participation.
Merci à olivh141174 pour l'exemple de Edmé.

Cet article vous intéressera peut-être :
L'Apocalypse pour les nuls

Aucun commentaire:

Publier un commentaire