mardi 24 octobre 2017

La machine - un scénario pour table ouverte dans une laverie !

Le thème des Utopiales de l'an dernier était Machines. La première association d'idées qui m'est venue au moment d'écrire un scénario dans le thème était Machine à laver. Je n'ai pas cherché plus loin...

Je n'ai pas joint les prétirés, vous pouvez créer n'importe quel personnage ordinaire pour ce scénario.

Si vous trouvez que les machines à laver, c'est vraiment un choix barré pour le thème, je vous invite à écouter le podcast des Voix d'Altaride sur l'écriture d'un scénario sur un thème qui ne nous inspire pas dès qu'il sera sorti. Vous aurez le plaisir d'entendre, outre mes euh..., de nombreuses astuces sur ce sujet !

Et maintenant, le scénario !

La Machine est une laverie automatique tout à fait banale de l’île de Nantes.
Et ce jeudi est une journée parfaitement ordinaire.

À 16h30, la laverie commence à se remplir de divers protagonistes, venus ici pour laver leur linge. Olivier Houssel, quadra BCBG, est arrivé avant les PJ (personnages des joueurs).

16h35 - enfant en détresse

Un enfant de 5-6 ans entre dans la laverie, seul. Si personne ne l’intercepte, il file se cacher sous un banc.
Si un PJ lui demande ce qu’il fait là, il explique qu’un monsieur veut lui faire du mal. En plus, il lui a donné des bonbons.
Peu après, un homme arrive et appelle “Lucas !” à l’intérieur de la laverie. Puis il demande aux PJ s’ils n’ont pas vu passer un petit garçon. Il a l’air franchement énervé (mais un jet réussi de “Espèce de mytho !” permet de comprendre qu’il est également très inquiet).

Explications

Le monsieur lui a bien donné des bonbons, mais c’est son père ! Lucas s’est enfui parce que son père lui a promis une fessée dès qu’ils seraient rentrés à la maison - parce qu’il a traversé la route tout seul.
Le père est maladroit, pour que Lucas se montre il lui promet un châtiment encore pire (“tu pourras plus t’asseoir pendant 3 jours”), ce qui accentue la frayeur de l’enfant (qui n’en est visiblement pas à sa première fessée). Lucas est assez futé pour prétendre que son père est un inconnu, mais il est facile de le piéger. Si on le rend à son père, il manifestera une terreur qui pour le coup n’est en rien simulée. Celle-ci est due à la fessée qui l’attend, que le père, élevé à la dure, estime être un juste châtiment (“j’en ai reçu plus d’une quand j’étais petit, ça m’a remis les idées en place, c’est grâce à ça que je ne suis pas un délinquant”). Selon leur opinion sur le sujet, les PJ pourront tenter de le convaincre d’être plus doux.

Si le père de Lucas ne retrouve pas son fils ou bien si les PJ le protègent, il préviendra la police de la disparition.



17h05 - papy en détresse

Un couple entre dans la laverie. Ils n’ont pas de vêtements à laver, ils s’installent simplement sur les chaises devant l’entrée et observent les gens qui passent par la fenêtre. Si on leur parle, ils enverront balader celui qui leur adresse la parole (“Va voir ailleurs si j’y suis !”).
À un moment, ils se lèvent et sortent de la laverie.

 

Explications

Les deux lascars attendent le passage de monsieur Rublon, un petit vieux qui sort de la banque. Ils savent que chaque mois, il retire sa retraite en liquide, un maigre magot de minimum vieillesse. Ils comptent bien l’agresser dans une rue isolée. À voir si les PJ seront assez curieux pour intervenir…

Bonnie

3 3 3 16
Compétences : C’est à moi que tu m’adresses, faire gober des âneries, ça va saigner
Arme : pistolet factice (test de j’ai tout lu sur physique pour se rendre compte qu'il est faux).

 

 Clyde

3 4 2 32
Compétences : ça va saigner, roi de la gonflette, éviter une mandale

17h30 - jeunes pas en détresse

Un groupe de 4 jeunes entre dans la laverie. L’un d’eux, Lulu, dépose son linge et s’en occupe, classiquement. Les autres s’installent tranquilou, en mettant leurs pieds sur les chaises, en poussant la musique à fond. Quand la machine de Lulu est lancée, ils sortent les bières. Ils sont bien partis pour faire la fête sur place !
L’un d’eux, qui a dû boire avant, invite tous les PJ et PNJ présents dans la laverie à danser. Un autre le suit, s’excuse pour lui “faut pas lui en vouloir, il est gentil dans le fond”. Le dernier tente d’approcher les PNJ femelles.

Peu après qu’ils aient fait leur tour, l’un des PJ constate que son portefeuille a disparu.

 

Explications

Olivier Houssel, un habitué de la laverie, est au chômage depuis déjà quelques temps. N’ayant pas osé le dire à sa femme, il squatte de ci de là. Comme il manque d’argent, il est allé à la laverie en prétendant déposer les vêtements au pressing. Le PJ avait oublié son portefeuille sur une machine, la tentation était trop grande de le prendre en espérant que son propriétaire ne se rende compte de rien. Olivier espère bien partir de la laverie vers 18h avec son butin.

Jeunes (Momo, Gégé, Lulu et Duduche)

3 3 3 12
Armes : canettes de bière et haleine empestant l’alcool

Olivier Houssel

3 2 4 12
Compétences : Bling bling, Faire gober des âneries, Salut poupée !


18h10 - averse

Olivier et les 3 jeunes qui ne lavaient pas leur linge ont quitté la laverie. Il reste le jeune (Lulu) et les PJ.
Une grosse averse se déclenche dehors. Plein de monde entre dans la laverie pour se protéger de la pluie : une femme avec un enfant en poussette, un groupe de filles qui faisait une shopping, un couple bien habillé, deux hommes sans lien entre eux ainsi qu’une famille de touristes qui reviennent des machines de l’île, dont les enfants collent leurs mains sales partout. Le couple a entamé la discussion avec Lulu. La femme à la poussette s’installe sur une chaise pour allaiter sa fille (qui doit avoir dans les 1 an). On voit pas un bout de sein, mais un homme ne peut s’empêcher de faire une remarque déplaisante : “c’est de l’exhibition !”. Quand la pluie s’apaise, tout ce beau monde se disperse. Seul le couple reste, en grande conversation avec Lulu. Les PJ curieux de savoir de quoi ils parlent peuvent s’approcher et écouter.
“On apprend vraiment plein de choses pendant ce stage. Moi, avant, j’étais complètement paumé. Je gagnais plein de fric mais je savais pas à quoi ça me servait. Je passais mon temps dans des soirées, je m’éclatais bien, mais je me sentais vide à l’intérieur. Et puis j’ai appris ce qui comptait, j’ai réorienté ma vie.”
Bref, les PJ découvrent que le jeune est en train de se faire embrigader pour suivre un stage de méditation d’une semaine qui va lui coûter dans les 5000 euros. Le tout dans le cadre d’une secte (scientologie ou Skippy, voire chez les salafistes - dans ce cas ce sera plutôt un stage militaire dans le désert que de méditation). Vont-ils intervenir ? Convaincre le jeune de ne pas écouter ? La femme tentera de les prendre à part pour parler s’ils interviennent, principalement pour les empêcher de s’incruster dans la conversation.

19h00 - l’heure du crime

La laverie est bien plus pleine qu’en début d’après-midi. Toutes les machines sont prises, certains clients attendent leur tour. La machine de Lulu est terminée, mais Lulu est parti (dans une secte ou retrouver ses copains), et une fille (canon), Élise, râle de devoir attendre. Elle s’en prend à un gars qui vient ouvrir la porte du fond, sûrement un gérant. Celui-ci finit par lui refourguer un panier pour qu’elle puisse y mettre le linge de Lulu. Le gérant disparaît derrière la porte du fond. Les PJ attentifs (mental) remarqueront que d’autres personnes viennent dans cette pièce du fond. S’ils posent des questions, on leur répondra qu’il s’agit d’une réunion des actionnaires de la laverie. S’ils posent des questions à un autre, il répondra que c’est pas leurs affaires.

Quelques instants plus tard, une dispute se déclare près de l’entrée de la laverie. Élise et un jeune homme sont en train d’argumenter à propos de la consommation de viande. Le jeune homme (Yann) était en train de bouffer un kebab et ils sont tous deux très énervés. Sans en venir aux mains, ils échangent des arguments musclés, entre la salade qui souffre et l’assassin, ça vole pas haut. Si les PJ interviennent pour les calmer, ils risquent fort d’être pris à parti.
Deux nouveaux individus interviendront dans la dispute :
  • Rémy, un étudiant pas vegan pour deux sous, mais désireux de séduire Élise, qui balance le kebab de Yann à la poubelle
  • Annick, une femme ayant l’âge d’être la mère de Rémy et qui le gifle pour avoir gaspillé la nourriture.
C’est le signal de départ d’une bagarre générale !

Élise

4 3 2
Compétences : j’ai tout lu, bling bling, éviter une mandale

Yann

3 4 2
Compétences : pan dans les dents, bling bling, roi de la gonflette

Rémy

4 3 2
Compétence : salut poupée

Annick

4 2 3
Compétences : ça va saigner, c’est à moi que tu m’adresses, soigner les bobos

 

19h30 - l’heure du délit

Dans la laverie encore assez pleine, les PJ devraient remarquer quelques personnes qui ne sont pas là pour laver leur linge. L’un d’eux est souvent là, ils pourront penser qu’il s’agit d’un gardien. Deux autres viennent pour la première fois et chuchotent entre eux. Ce sont deux hommes avec un grand sac de sport. Ils portent des vêtements noirs et des foulards autour de leur cou. Ils ont vraiment tout de personnes qui veulent préparer un mauvais coup.

Si les PJ ne font rien, les deux vont sortir en même temps. Une demi-heure plus tard, l’éléphant des machines de l’île passera non loin de la laverie, avec une grande banderole accrochée à son flanc : “Sauvez le campagnol amphibie !”

 

Explications

Nos deux délinquants sont des écologistes prêts à faire une action qui marquera les esprits : emprunter l’éléphant pour alerter l’opinion publique sur le triste sort du campagnol amphibie. (NB : pour un MJ mal à l’aise avec cet animal méconnu, on peut remplacer par la demande d’interdire le commerce de l’ivoire).
Les PJ peuvent les en empêcher, les dissuader ou s’ils préfèrent, les aider !



20h47 - sortie de cons

La laverie est presque vide. Outre les PJ, se trouve le gars qui ne lave pas ses vêtements et un habitué des lieux, Renaud Catman.
Trois hommes armés de battes font irruption dans la laverie. Ils s’en prennent au premier homme présent (un PJ si possible, sinon ce sera Renaud), le traitent de PD, de tafiotte et commencent à le rosser. Comment vont réagir les autres ?

 

Explications

L’homophobie s’explique difficilement, on peut invoquer la bêtise et le milieu social… Les agresseurs sont persuadés qu’un homme n’a pas sa place dans une laverie, c’est à sa femme ou sa mère de laver son linge (les célibataires orphelins doivent probablement porter des vêtements sales).
Le “vigile” ne souhaite pas que la police vienne fouiner dans le coin. Il fera mine d’appeler la police (en fait, son chef de l’autre côté de la porte). Ensuite, il donnera un coup de main pour désarmer les gars si les PJ décident d’attaquer.
En fonction des circonstances, il improvisera pour se débarrasser des gars et que personne ne s’inquiète parce que les flics n’arrivent pas : proposer de les déposer à la police (seul), leur permettre de fuir (puis courir après et revenir en prétendant qu’ils sont tombés sur les flics ou bien appeler la police pour leur signaler la fuite des agresseurs).

Homophobes

2 4 3 16
Compétences : Ça va saigner, C’est à moi que tu m’adresses
Armes : battes et haleine empestant l’alcool

Vigile

2 4 2 32
Pan dans les dents, Ninja warrior, Faire gober des âneries
Arme : pistolet

Renaud

2 2 4 12
Compétences : Faire gober des âneries, Salut poupée, éviter une mandale

 

21h00 - l’heure des fantômes

Pour se remettre de leur aventure, Renaud raconte aux PJ l’histoire du lutin des chaussettes, une créature qui se nourrit exclusivement de chaussettes. Ce petit être farceur ne doit surtout pas être lavé, sinon il devient méchant et s’en prend aux êtres humains.
Juste à ce moment, la lumière s'éteint. Quand elle se rallume, la machine du dernier PJ arrivé se met à mousser excessivement, tout déborde de partout. Quand tout le monde est occupé à éponger, un ricanement étrange surgit d’un sèche-linge ! Dès que les PJ s’en approchent, le ricanement vient de derrière une rangée de machines, deux chaussettes dépareillées en dépassent et elles dansent. Renaud a disparu.

 

Explications

Renaud a fait tout simplement une blague. C’est lui qui a tout préparé et qui est en train de manipuler des chaussettes dans ses mains. Cerise sur le gâteau, il a filmé toute cette séquence et il compte bien la diffuser. Mais cela, il ne le dira que s’il pense que ses interlocuteurs ont le sens de l’humour.
Ça ne sert à rien de casser son matériel, la vidéo est déjà dans le cloud.
Le vigile n’intervient pas, il est dehors en train de téléphoner et fumer.


22h00 - assemblée générale ?

Les PJ sont tous assez proches du départ, il faut dire que la laverie ferme à 22H30. Ils entendent depuis peu des éclats de voix depuis la porte derrière. Impossible d’aller voir, elle est fermée de l’intérieur. Le vigile interviendra si les PJ insistent (“pas vos oignons !”).
Un coup de feu se fait entendre !

 

Explications

Derrière la porte, un tripot clandestin organisé par le chef de la mafia locale, Pierre Balkany. Une dispute autour d’une table de poker a viré au coup de feu de semonce qui par ricochet a blessé un serveur.
Pour le vigile, la priorité est d’empêcher les PJ d’alerter la police. Cette fois, il n’y a plus de simulacre, il n’hésite pas à sortir son flingue pour les menacer. Il les regroupe, leur enlève leur téléphone et les cache dans le fond (pour éviter qu’ils soient vus depuis la rue). Le tripot est évacué (on demande aux PJ de regarder ailleurs), puis les PJ sont enfermés dans la salle du fond. S’ils ne veulent pas y rester toute la nuit, ils vont devoir trouver un moyen de sortir…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire